top of page

Shocking : les mondes surréalistes d'Elsa Schiaparelli

Considérée comme la rivale de Coco Chanel, Elsa Schiaparelli est sans doute l’une des couturières les plus inspirantes de sa génération. Pionnière du trompe l'œil, elle incarnait une vision futuriste et moderne et n’avait pas peur d’oser, elle a inspiré énormément de couturiers et ça le musée des arts décoratifs le sait car en 2004 il avait donné une première rétrospective mettant en avant son art près 20 ans après, le MAD à souhaité faire vivre ou revivre le génie de Schiaparelli à un plus large public.


De la première collection de pulls en maille trompe l'œil aux créations de Daniel Roseberry, l’exposition réunit plus 500 œuvres dont 272 costumes et accessoires de mode, on y retrouve des parfums, des tableaux, des portraits, des photographies.


Bienvenue dans les mondes surréalistes d'Elsa Schiaparelli

Elsa Schiaparelli est l’une des personnalités les plus brillantes de l’histoire de la haute couture. Elle conçoit la mode comme un art, intrinsèquement liés à l’évolution des beaux arts, et notamment de la peinture. Gertrud Lehnert


La salle immersive :


Celle-ci nous plonge dans les débuts de la marque et les personnes contribuées au succès grandissant de la maison, on y retrouve sa première collection de pulls trompe l'œil, en maille fait main, qualifiée de chef d'œuvre par vogue mais également des robes du célèbre couturier Paul poiret, considéré comme son mentor, celui dont le travail a fasciné à Elsa et lui a donné l’envie de travailler dans la mode.


De plus, on y voit les premières robes trompe l'œil d’Elsa comme le manteau du soir, la cape du soir et la veste du soir (toutes issues de la collection 1937 et brodées par Lesage).

Il y’a également des accessoires trompe l’oeil, ainsi que des photographies de Man Ray -célèbre amie photographe d’Elsa- quelques silhouettes créées par Daniel Roseberry, ainsi qu’une vitrine rempli de "bijoux fantaisies" imaginés par Elsa et confectionnés par d’autres artistes comme Elsa Triolet, Jean Clément ou encore François Hugo.


Elsa a impactée le monde de la mode, avec sa fascination pour le surréalisme, c’est une couturière avant-gardiste qui a inspiré pas mal de très grands couturiers qui lui ont rendu hommage notamment Alaia qui a créer plusieurs pièces en hommage a la couturière on retrouvera dans l’exposition la robe papillon (Automne/Hiver 1991-1992) ainsi qu’un ensemble veste et jupe inspiré des papiers journaux de John Galliano.


Elsa X Dali

Ce n’est pas inconnu qu’Elsa était une femme qui aimait collaborer avec d’autres artistes, et nombreux sont ceux avec qui elle a collaboré, Elsa Triolet, Alberto Giacometti ,Meret Oppenheim, Jean Schlumberger, Jean-michel Frank, Marcel Vertès Jean Dunand Jean Clément, Raymond Peynet mais l’une de ses collaborations les plus marquantes sera avec la peintre Dali, l’un est un génie de la peinture, l’autre et un génie de la couture, amis et passionés, ses deux artistes fussionnent ensemble tels des aimants pour nous créer des pièces iconiques. Ils crééront d’abord un poudrier en forme de cadran de téléphone, celui-ci connaitra un succès qui poussera Dali et Schiaparelli a s’allier de nouveaux, ils nous offriront le chapeau soulier (1937) la robe homard (1937), puis plus tard en 1946 ils sortiront le parfum le roi soleil.


Elsa et les parfums

En continuant dans les mondes de schiaparelli, on s’arrête aux cages aux parfums, il y’a toutes les créations olfactives de la maison et notamment le parfum Shocking sortie en 1937, un parfum qui a connu un succès mondiale et qui à montrer le génie marketing d’Elsa Schiaparelli.

Le flacon dessiné par Léonor Fini, forme la silhouette d’un mannequin de couturière, s’inspirant des courbes de l’actrice Mae West, le sex-symbol hollywoodien de l’époque, de plus il possède un mètre de ruban autour du décolleté scellé par un écusson monogrammé “S” et de petites fleurs autour du cou.

Les parfums étaient placés sous un globe de vers en référence à ceux dans lesquelles les mariées de la fin du XIXe siècle conservaient leur couronne de fleurs.

On y retrouve également le parfum S crée en 1929, c'est le premier parfum de la maison, Elsa avoue appréciée la lettre S car selon elle celle-ci représente le mystère et la superstition. Dès lors Elsa gardera cette comme initiales de tous ses parfums.

S, Soucis, Soleil Salut Schiap, Snuff, Sleeping, Sans souci tous présents dans l'exposition.



Elsa et les constellations

Nièce d’un astronome Giovanni Schiaparelli (qui va découvrir les canaux de Mars) va transmettre cette amour de l'astrologie à sa nièce.

Elsa fascinée par l’astrologie, s’en inspire énormément lors de la création de ses collections, on retrouve dans l’exposition des pièces de la collection zodiaque 1938, et notamment l’une des pièces emblématique est une cape noire dont le dos est entièrement brodée au fil d’or par Lesage ainsi que la veste zodiaque haute couture hiver 1938-39.

Cette même collection a inspiré le célèbre couturier Yves Saint Laurent pour sa collection Shakespeare.


Daniel ROSEBERRY

L’exposition s’achève sur les magnifiques créations de l’actuel directeur artistique : Daniel Roseberry.

L’homme qui a réussi à donner un second souffle à la maison nous propose des pièces contemporaines, novatrices et luxueuses tout en respectant l’ADN même de Schiaparelli : le surréalisme.

La fin de l’exposition se déroule en 2 temps, une première partie des créations de Daniel Roseberry en or et noir :

Des éditoriaux présentant les créations de la maison sont sur tous les murs ainsi qu'une projection de vidéos du processus de création.

On retrouve la robe haute couture automne-hiver 2021 portée par Bella hadid au festival de cannes 2021 et qui à fait sensation, ainsi que la robe portée par Zendaya pour sa couverture du magazine W, il y’a également plusieurs silhouettes haute couture printemps-été 2022 comme les looks 5, 19, et 29; mais on retrouve quelques looks de la collection “Matador"

Dans la seconde partie on voit des croquis de Daniel Roseberry ainsi que la robe portée par Lady gaga lors de l'investiture de Joe Biden.

Un mur remplit d'éditoriaux et encore des créations de la maison toutes les plus belles les unes que les autres, et c'est sur cette note que l'exposition se termine.





D.M @dje_nee

Team BazeOFF

























Comentários


bottom of page